Écrits

Le chemin de la perfection

Thérèse d’Avila
Traduction :
Marcelle Auclair
Un ouvrage qui nous plongent à la fois dans les racines de l’Ordre du Carmel et dans l’expérience con­crète et pleine de bons sens de la sainte réformatrice.
Charité fraternelle, détachement du créé, humilité : Thérèse d’A­vila nous guident avec toute son ardeur sur le chemin de la prière et de l’amour de Dieu : « Le monde est en feu ; à l’œuvre mes sœurs » !
Référence : LTE5037
Quantité :
Add Subtract
Livraison : 3 à 6 jours ouvrés

1 pièce disponible

7,90 €

C’est à l’insistance de la communauté du monastère Saint-Joseph d’Avila que nous devons Le Chemin de la perfection. Désireuses de profiter de l’expérience spirituelle de leur mère Thérèse, les soeurs lui demandèrent de leur parler de l’oraison. Thérèse avait rédigé en 1565 le récit de sa vie, mais celui-ci, jugé trop personnel par son confesseur, ne fut pas divulgué. Elle entreprend donc en 1566 un nouvel ouvrage plus bref, où elle s’exprime dans un style simple et familier, comme en dialogue avec ses soeurs. Elle y dévoile le secret de la « perfection » pour le chrétien : laisser toute la place à Dieu et à son prochain.
SOMMAIRE :
    Protestation
    Prologue
  1. Chapitre I : De la cause qui m’incita à établir une règle si droite dans ce monastère
  2. Chapitre II : De la façon dont nous devons négliger les nécessités corporelles
  3. Chapitre III : Suite du chapitre précédent ; les sœurs y sont exhortées à supplier Dieu sans cesse de favoriser ceux qui travaillent pour l’Église
  4. Chapitre IV : De l’observance de la Règle et de trois choses importantes pour la vie spirituelle
  5. Chapitre V : Où il encore parlé des confesseurs
  6. Chapitre VI : Retour au thème de l’amour parfait
  7. Chapitre VII : De ce même sujet de l’amour spirituel, et de quelques avis pour l’obtenir
  8. Chapitre VIII : Des grands bienfaits du détachement de toutes choses créées
  9. Chapitre IX : Du grand avantage que ceux qui ont quitté le monde trouvent à fuir leurs parents
  10. Chapitre X : Comment il ne nous suffit pas d’être détachés de nos parents
  11. Chapitre XI : Suite du chapitre sur la mortification
  12. Chapitre XII : Du peu de cas que ceux qui aiment vraiment Dieu doivent faire de la vie et de l’honneur
  13. Chapitre XIII : Suite de la mortification, et comment il faut fuir les points d’honneur
  14. Chapitre XIV : De l’importance de ne pas admettre à faire profession une personne dont l’esprit s’opposerait à ce qui vient d’être dit
  15. Chapitre XV : Du grand avantage qu’il y a à ne pas se disculper
  16. Chapitre XVI : De la différence qu’il doit y avoir entre la vie parfaite des contemplatifs et ceux qui se contentent de l’oraison mentale
  17. Chapitre XVII : Comme quoi toutes les âmes ne sont pas appelées à la contemplation et comment quelques-unes y arrivent tard
  18. Chapitre XVIII : Suite du même sujet
  19. Chapitre XIX : Où l’on commence à traiter de l’oraison
  20. Chapitre XX : Comme quoi, par diverses voies, on ne manque jamais de consolation sur le chemin de l’oraison
  21. Chapitre XXI : Combien il importe de débuter dans l’oraison avec une ferme décision
  22. Chapitre XXII : De l’oraison mentale
  23. Chapitre XXIII : De l’importance de ne pas retourner en arrière
  24. Chapitre XXIV : De la parfaite oraison vocale
  25. Chapitre XXV : De ce que gagne l’âme à pratiquer parfaitement la prière vocale
  26. Chapitre XXVI : Du moyen de recueillir la pensée
  27. Chapitre XXVII : Du grand amour que le Seigneur nous a manifesté dans les premiers mots du Pater noster
  28. Chapitre XXVIII : De l’oraison de recueillement
  29. Chapitre XXIX : Suite des moyens à employer pour obtenir cette oraison de recueillement
  30. Chapitre XXX : De l’importance de comprendre ce que l’on demande dans la prière
  31. Chapitre XXXI : Suite du même sujet. De l’oraison de quiétude
  32. Chapitre XXXII : De ces paroles du Pater noster :« Fiat voluntas tua sicut in cælo et in terra »
  33. Chapitre XXXIII : Comme quoi il nous est nécessaire de recevoir ce que nous lui demandons
  34. Chapitre XXXIV : Suite du même sujet
  35. Chapitre XXXV : Le sujet traité s’achève par une exclamation au Père Éternel
  36. Chapitre XXXVI : De ces paroles du Pater noster : « Dimitte nobis debita nostra »
  37. Chapitre XXXVII : De l’excellence de cette prière
  38. Chapitre XXXVIII : Du grand besoin que nous avons de supplier le Père Éternel
  39. Chapitre XXXIX : Suite du même sujet
  40. Chapitre XL : Comme quoi, en tâchant de toujours vivre dans l’amour et la crainte de Dieu, nous serons en sûreté malgré toutes les tentations
  41. Chapitre XLI : De la crainte de Dieu, et du moyen de nous garder des péchés véniels
  42. Chapitre XLII : De ces dernières paroles du Pater noster : « Sed libera nos a malo. Amen ». « Mais délivrez-nous du mal. Amen ».
Traduction :
Marcelle Auclair
Pagination :
304 pages
Dimensions :
11 × 18 cm
EAN :
9791033607533
Poids :
235 g
Référence :
LTE5037
Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582) religieuse carmélite espagnol est la grande réformatrice de l'ordre du Carmel au XVIe siècle. Profondément mystique, elle laisse des écrits sur son expérience spirituelle et devient un figure majeure de la spiritualité chrétienne. Elle a été proclamée docteur de l'Église par le pape Paul VI en 1970.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Le chemin de la perfection

Le chemin de la perfection

Thérèse d’Avila
Traduction :
Marcelle Auclair
Un ouvrage qui nous plongent à la fois dans les racines de l’Ordre du Carmel et dans l’expérience con­crète et pleine de bons sens de la sainte réformatrice.
Charité fraternelle, détachement du créé, humilité : Thérèse d’A­vila nous guident avec toute son ardeur sur le chemin de la prière et de l’amour de Dieu : « Le monde est en feu ; à l’œuvre mes sœurs » !

Donner votre avis